AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
on les recherche activement.


Partagez | 
 

 Live Your Life Just the Way You Like It | Edwin Telemnar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


PARCHEMINS : 28
Age : 25
MessageSujet: Live Your Life Just the Way You Like It | Edwin Telemnar   Dim 22 Mai - 18:31

↘ Edwin Telemnar


« I know your very far away but,
come back to me, my sun and stars. »

◭ identity card.

nom, prénom : Telemnar Edwin. âge, lieu de naissance : vingt-huit ans, né à Lugan, au sein de l’empire Thoron. groupe : Thoron, mais est loin d’en partager les valeurs.  métier : Pirate, explorateur, voleur, selon à qui il parle de ses activités. état civil : Célibataire. guilde : Ordre du Poisson.

Caractère :
< Cynique, Sarcastique, parfois même piquant, Edwin ne prend jamais rien au sérieux. Il rit des grands comme des petits, des jeunes comme des vieux, de la mort autant que la vie. Rien est à l'abri de son rire.
< Rêveur, Edwin est un homme aux yeux étincelants, la tête dans les nuages et les étoiles. Il rêve de tout : son prochain voyage, la prochaine rencontre surprenante, la prochaine nuit torride, la nouvelle créature qui surgira des mers. Il rêve de découvrir de nouvelles terres. Tout de ce dont il peut rêver, c'est la liberté de vivre sa vie comme il l'entend.
< Fidèle et loyal, Edwin n'a qu'une promesse (- envers ses amis -). Il se donne corps, coeur et âme pour ses amis. Il ferait n'importe quel saloperie pour les sortir d'un mauvais pas, quitte à s'attaquer à la garde d'un empereur.
< Sans peur, Edwin ne craint rien. Ni les dragons féroces, ni les tempêtes, ni même le pouvoir de tout-puissant. Car la peur est un frein à sa liberté, il ne s'arrête jamais. Il affrontera tout, la tête haute, les tripes en ébullition et le sourire aux lèvres. Car, quitte à crever, autant bien crever.
< Sans scrupule, Edwin n'a aucun remord (-ou presque-). Il peut voler la virginité de la plus noble des femmes, s'enrichir sur le dos du plus pauvre des commerçants, Edwin ne connaît aucune limite à ses larcins. Il vole comme il respire. D'ailleurs, il lui est arrivé de tuer, sans en perdre le sommeil. Le seul remord qui l'empêche parfois de dormir est celui d'avoir abandonner sa propre soeur lors de son départ.
< Nostalgique d'un temps passé, d'un temps de bonheur emprisonné, Edwin passe parfois du temps à repenser à sa soeur, Satine, au temps où ils jouaient, heureux. Il se souvient et est parfois pris d'une tristesse qui lui serre la gorge. Il se demande parfois s'il la reverra encore un jour.
< Dragueur, Edwin n'en rate pas une. Mariée, célibataire, vierge, dépucelée, blonde, brune, rousse, jeune ou vieille, toutes les femmes sont des femmes pour Edwin. Et, pour lui, le meilleur moyen d'honorer une femme, c'est de lui faire quelques avances. Edwin n'aime pas une femme, il aime les femmes. Quand une demoiselle lui tape dans l'oeil, il ferait n'importe quoi pour l'impressionner. Et plus elle résiste, plus cela lui donne l'envie de la conquérir le temps d'une nuit.
< Orateur et conteur, l'explorateur aime à raconter ses aventures aux quatre coins des océans. Il prend alors plaisir à donner vie à tout ce qu'il dit, enflant certains moments, effaçant d'autres. Edwin aime à se mettre en avant et il le fait bien.
< Passionné par la vie, il l'aime entièrement et dans son ensemble. Il aime la vie pour ses surprises, ses rencontres, et tout ce qu'elle lui offre, même les choses insignifiantes. Il vit la vie pleinement, croquant dedans à pleines dents. Quelle meilleure façon d'aimer la vie qu'en la vivant à fond ?

Anecdotes :
< Edwin n’a jamais tenu l’alcool. Il a beau faire, après quelques chopes, il finit toujours par déraper.
< Edwin est, en réalité, marié à quatre personnes, dont un homme. Il est aussi veuf. Mais tout ceci, il ne s’en souvient pas.
< Edwin a déjà couché avec une femme n’ayant plus toutes ses dents.
< Edwin s’est fait passer pour le souverain afin d’obtenir la couche d’une jeune pucelle.
< Edwin a un sens de l’orientation réellement exécrable. Comme il se voit comme un grand explorateur, il ne le mentionne jamais.
< Edwin a déjà volé ses propres camarades et amis.
< Edwin manie ses dagues aussi bien que sa langue. Peut-être même trop bien.
< Edwin rêve de découvrir de nouvelles créatures, « par-delà les mers et océans ».

◭ say my name.

ton pseudo : MuShu. comment as-tu trouvé CWM ? : Sur un TopSite, la lecture du Scénario d'Edwin m'a directement invité à m'inscrire. et t'en penses quoi ? : J'aime beaucoup. Et la communauté a l'air agréable. ~ des trucs à ajouter/améliorer ? : S'il faut, j'en ferai part.

Alors, je suis MuShu. J'ai 23 ans et je suis étudiant en Sciences Humaines pour devenir Professeur de Géographie, Sciences Sociales, mais surtout Histoire. J'ai beaucoup de passions, comme la lecture (autant les romans que les mangas), l'écriture ou encore les jeux vidéos, les séries et les films. Je passe un temps fou à étudier les faits historiques et je me distingue notamment par mon intérêt pour les religions.
IRL, on me surnomme aussi Samouraï, à cause de ma gueule d'Asiat' et ma coupe de cheveux. ~

JAKE GYLLENHAALEdwin Telemnar


↘ somewhere, in a far far land.


« I know your very far away but,
come back to me, my sun and stars. »

Première Fuite - In the Beginning, there was ..

Edwin Telemnar. Une famille somme toute fort banale. Tu as une mère et un père. Tous les deux t'aiment, d'un amour que beaucoup d'enfants rêvent. Ils sont là quand tu en as besoin et feraient n'importe quoi pour ton bonheur. Tu as aussi une petite soeur, de quatre ans ta cadette. Une soeur avec laquelle tu entretiens une relation fusionnelle. Tu ferais n'importe quoi pour elle. Elle que tu considères comme une princesse, que tu traites comme une reine. Certainement est-elle même la fille la plus importante pour toi. Tu en es fou et quiconque lui ferait le moindre mal devrait t'affronter.

La vie était routine. Nulle grande aventure au quotidien, parfois même enfermé la journée à attendre les parents, la vie n'était pas excitante. Elle était même assez fade, si ce n'est ce soleil qu'était Satine.

A dix ans, tu te mis à exprimer ton désir de découvrir le monde et, dans le même temps, tu vis dans le regard de tes parents l'inquiétude naissante. Ta soeur t'écoutait sagement parler de ces contrées qui, derrière les collines, devaient t'attendre. Tu rêvais de ce que tu ne voyais pas et, quand tu évoquais cela auprès de tes parents, tu sentais leur doute.

La vie était sobre. Trop sobre pour toi. Déjà, tu désirais un autre monde que celui dans lequel tu vivais.

Deuxième Fuite - The Day After ...

Quinze années. Quinze années à se cacher. Quinze années à se courir l'un après l'autre. Quinze années à regarder les gens depuis ta fenêtre. Quinze années à répéter chaque jour comme un autre jour. Quinze longues années. Que pourrais-tu dire de ces années ? Qu'as-tu fait ? Il ne s'était rien passé. Juste une vie monotone, pleine d'une routine qui ne t'avait jamais convenu, loin de ce monde qui t'appelait un peu plus chaque jour.

Un jour devait être différent. Passant dans le couloir, tu entendis une conversation qui décida de ton sort. C'était là ton oncle qui, en pleine discussion avec tes parents, préparait ton avenir à la cour. Il contait comment la vie pouvait être luxueuse, expliquait le « Jeu », celui de la courtoisie et de l'hypocrisie. Il expliquait comment, avec ta carrure, il te destinait déjà à une belle carrière dans la Garde, comment tu pourrais écouler des jours heureux.

Mais des jours que tu ne voulais pas. Car ta vie ne pouvait pas se résumer à cette banalité. Tu savais ce qu'il te restait à faire. La seule décision qui t'empêcherait une vie aussi pénible. L'ombre de la routine te rattrapait et allait finir par te happer. Tu viendrais à mourir d'ennui.

Dans la nuit, alors que l'ensemble de la demeure dormait, tu étais encore levé. Certes, tes yeux s'écroulaient sous l'effort de la veille, mais tu ne pouvais pas retarder plus longtemps ton départ. A pas feutrés, silencieux, tu t'étais déplacé dans la maison. Tu étais passé par la chambre de tes parents. Tu les avais regardés une dernière fois, sachant quel sentiment ils ressentiraient quand, au réveil, ils ne te verraient plus. Tu étais passé par la chambre de ton oncle, l'observant avec dégoût. Tu ne pouvais pas devenir comme lui. Finalement, tu avais terminé par la chambre de ta soeur bien-aimée. Tu avais dépassé le pas de la porte. Durant un instant, tu avais été partagé. Partagé entre la réveiller et fuir avec elle. Partagé à ne plus partir. Partagé dans l'élan même de ta fuite.

Tu avais déposé un baiser sur son front, murmurant quelques excuses. Elle allait t'en vouloir. Elle ne pouvait que t'en vouloir. Peut-être que cette haine l'empêcherait de te suivre sur le dangereux chemin que tu te destinais.

« Satine. Petite Soeur. Deviens grande et rends moi fier. Je t'aime et t'aimerai toujours, princesse. »

Troisième Fuite - Sweet Life, Liberty

Ton errance ne faisait que commencer. Certains hommes finissent par trouver le calme et l'harmonie mais ton voyage et ta recherche te semblaient insatiables. Il te fallait plus. Découvrir plus. Tu voulais toujours voir plus. Tu voulais t'émerveiller de chaque ville, de chaque route, de chaque village, de chaque arbre. Tu voulais et tu avais. Car, avec ton départ, tu goûtais à la liberté. Chaque jour était un nouveau jour, loin de la banalité, loin de la sobriété, loin de la morosité.

C'est dans les premières années de ton errance que tu goûtais aux plaisirs simples des femmes (-de joie, à cette époque-), de l'alcool et d'une vie sans protocoles. Après quelques mois, tu t'intégras à ce nouveau monde. Le plus souvent, à l'insu des aubergistes, tu dormais dans une étable, au milieu des animaux. Parfois, tu participais à une bagarre, renversant une chaise ou une table. Parfois, même, c'était toi qui traversais une fenêtre. Et, toujours, tu riais. Tu riais de te prendre des coups. Tu riais de finir allongé dans la vie. Tu riais de dormir dans le foin.

Pourtant, tu ne te sentais pas encore assez libre. Pour acheter une pomme à un marchand, il te fallait travailler sous la coupe d'un homme, souvent tyrannique. Tu pris alors conscience que la société n'était qu'une autre prison, comme ta famille l'avait été durant un temps. Tu te mis alors en tête de voler ce qui lui était nécessaire.

La première fois fut bien involontaire. Ton premier meurtre n'était même pas souhaité. Mais il s'était défendu. Il avait tenté d'empêcher ton vol et t'avait poursuivi. Quand il t'avait plaqué la face contre terre, ton nez s'était cassé sous le choc. Il t'avait alors relevé et, te plaquant contre un mur, il avait cherché à te frapper les côtes. Tu avais arrêté le coup et, d'un coup de boule, lui avait rendu la fracture du nez. « Celle-là, c'est pour mon nez, connard. », avais-tu lâché, sourire aux lèvres. Alors qu'il tentait vainement d'éponger, tu avais donné un coup de genou en pleine mâchoire. Quand sa tête avait atteint le sol, heurtant une pierre, il ne bougeait plus. « Ah. Merde. Je t'emprunte ça, tu en auras plus besoin. » Et profanant le cadavre, tu pris les quelques bronzes et argent qu'il avait, ainsi que de quoi tenir le prochain hiver.

Quatrième Fuite - Sea of Thieves

Il se faisait appeler Elric. En tout cas, c'était le nom qu'il t'avait donné. C'était aussi celui-là que ses hommes utilisaient. Il s'était présenté à toi, dans ta chambre, à l'aube. Il avait, d'un geste de la tête, fait décamper la jeune femme qui, nue, avait enroulé le drap autour d'elle avant de fuir, te laissant dans ton intégrale nudité. Dans un premier temps, tu avais pensé que c'était le père de la donzelle mais, alors qu'il se posait sur le bord, tu avais compris qu'il se passait quelque chose. « Bien, l'ami, quelques connaissances communes m'ont dit que tu voulais traverser la mer. J'ai un job à te proposer. » Tu avais froncé les sourcils. Cela faisait longtemps que tu n'avais plus travaillé pour un quelconque employeur. Mais, l'écoutant attentivement, tu lui fis signe que tu étais intéressé. « Tu vois, je suis un humble pêcheur et j'ai besoin de quelques hommes pour la prochaine pêche. Du coup, on se fait un petit gagnant-gagnant. Je recrute un homme, tu obtiens ton passage. » Il avait craché dans sa main, lorsqu'il avait fini son marché. Ce jour-là devait changer à jamais la tournure des événements.

Elric n'était pas un pêcheur, mais un pirate travaillant pour l'Ordre du Poisson. Tu te souviendrais toujours de son rire lorsque, voyant à l'horizon un navire marchand, il avait hurlé aux hommes. « Les gars, on ne pêche pas du poisson ! On va se faire ce foutu navire, le dévaliser et rentrer chez nous. » Peut-être avais-tu ressenti une infime angoisse lorsque tu te rendis compte dans quoi tu t'embarquais. Pourtant, rapidement balayé par la joie, t'accrochant aux cordes, tu avais souri et inspiré à plein poumons ce nouveau jour. Ceux qui n'avaient pas été d'accord avec la décision avaient été jetés par dessus le bord. Ceux qui acceptaient obtenaient une épée. Tu t'étais jeté dans la mêlée comme un beau diable. Sourire aux lèvres, tu te découvrais un nouveau plaisir.

Tu travaillas plusieurs années aux côtés d'Elric, luttant dans de nombreuses batailles navales, le faisant évader de prison, participant à un faux mariage en sa compagnie. Il devint un véritable ami. Mais c'était aussi un homme mystérieux, qui ne donnait que rarement de lui. Il ne se découvrait jamais et lorsqu'il disparaissait dans les rues, il devenait une véritable ombre. Il te fit découvrir un autre monde jusqu'à t'introduire à l'Ordre du Poisson, un honneur qu'il n'accordait que rarement.

Pourtant, après six années d'une fructueuse collaboration, tu devais le quitter. Votre amitié devait être brisée par le colère de l'homme qui ne pouvait comprendre ta décision. De nouveau prisonnier d'une routine, tu ne trouvais plus la liberté dans la pêche. Tu voguais avec les mêmes hommes, sur les mêmes mers, avec le même bateau, pour pêcher encore et toujours quelques marchands. Le vent soufflait toujours dans tes cheveux de la même façon et, lentement, tu n'avais plus éprouvé le même plaisir.

« Espèce d'ingrat. Enfoiré. Connard. Comment tu oses m'abandonner ? La prochaine fois que je te croise, je t'envoie face aux Dieux. »

Cinquième Fuite - Life of Dreams

   Tu étais là, la tête posée contre la fenêtre de cette miteuse auberge, observant le cirque de cette foule. Un colporteur hurlait à qui voulait l'entendre qu'il vendait les meilleurs fruits. Une femme tentait de se retrouver un homme trop seul, tentant d'obtenir quelques bronzes pour des gâteries. Là-bas, un ivrogne bousculait des passants qui se retournaient à son passage. Et toi, de ta fenêtre, tu méditais encore les propos de la vieille femme. Elle t'avait arrêté devant une allée, cette diseuse de bonnes aventures, et avait prononcé quelques mots qui te travaillaient. « Tu ne trouveras jamais le repos, Edwin. Ton appétit est insatiable. Ta soif n'en finit jamais. Tes rêves te portent toujours plus loin. Est-ce la vie qui t'est destiné ? » Et avant que tu puisses lui poser une question, elle avait disparu, aussi soudainement qu'elle était apparue.

Etait-ce un rêve ? Pourtant, depuis ton balcon, tu te questionnais. Aujourd'hui, plus que jamais, il te fallait goûter à la liberté d'une nouvelle façon. Tu n'en avais jamais assez. Existait-il donc encore des terres inconnues ? Des monstres dans les airs ou sous les mers ?

Derrière, une femme, s'étirant, découvrait bientôt une pièce vide. Car, aussi soudainement que tu étais apparu dans sa vie, tu disparaissais.


Dernière édition par Edwin Telemnar le Dim 22 Mai - 22:06, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



En savoir plus ?
▽ RELATIONS.:
PARCHEMINS : 107
MessageSujet: Re: Live Your Life Just the Way You Like It | Edwin Telemnar   Dim 22 Mai - 18:50

Bienvenue sur le forum toi. Edwin est un excellent choix, d'ailleurs, Louise est sa cousine donc on pourra discuter lien I love you
Bon courage pour le reste de ta fiche

_________________
(us against the world)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

FONDATRICE. « bye bye, black bird. »


En savoir plus ?
▽ RELATIONS.:
PARCHEMINS : 414
MessageSujet: Re: Live Your Life Just the Way You Like It | Edwin Telemnar   Dim 22 Mai - 19:14

Citation :
< Edwin a déjà couché avec une femme n’ayant plus toutes ses dents.
Alors par contre, déjà, tu m'as tuée ! Comme on en a déjà parlé, j'adore ce que tu comptes faire du personnage, mais vraiment vraiment vraiment, et le début de ton histoire il est... piouuuuu, une tuerie ! (je peux pas te mettre le smiley , parce que ce serait étrange au vue de notre relation, mais quand même tu le mérites Arrow).
Je t'aime déjà, frangin ! Courage pour la suite, et officiellement bienvenuuuue

_________________

du satin, dans tes mains

Viens-tu troubler, avec ta puissante grimace,
La fête de la Vie ? ou quelque vieux désir,
Éperonnant encor ta vivante carcasse,
Te pousse-t-il, crédule, au sabbat du Plaisir ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://onceuponawar.forumactif.org
avatar


PARCHEMINS : 28
Age : 25
MessageSujet: Re: Live Your Life Just the Way You Like It | Edwin Telemnar   Dim 22 Mai - 22:08

D'abord, un tout grand merci, toutes les deux, pour votre accueil. ~
C'est avec plaisir que nous aurons un lien, Louise. J'espère qu'Edwin ne sera pas trop le cousin maudit de la famille. =D

Satine, j'espère sincèrement que le personnage, autant que mon écriture, te plairont. J'ai vraiment pris plaisir à écrire, en tout cas, et j'espère pouvoir le jouer longtemps.
Au plaisir de vous répondre en RP. ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

FONDATRICE. « bye bye, black bird. »


En savoir plus ?
▽ RELATIONS.:
PARCHEMINS : 414
MessageSujet: Re: Live Your Life Just the Way You Like It | Edwin Telemnar   Dim 22 Mai - 23:13

bienvenue cher habitant.

Citation :
Parfois, même, c'était toi qui traversais une fenêtre. Et, toujours, tu riais. Tu riais de te prendre des coups. Tu riais de finir allongé dans la vie. Tu riais de dormir dans le foin.
Parce que c'est tout simplement superbe . Une écriture à la fois simple et sobre, mais qui pourtant fonctionne à merveille, presque poétique, j'aime beaucoup, tu me combles et t'as totalement compris ce que je voulais faire d'Edwin. I love you En somme, juste, je n'en dirais pas plus parce que tu as bien compris où je voulais en venir et je te valiiiide frangin ! Si tu veux (et même si tu veux pas d'ailleurs) on scelle ça par un rp ?

bravo pour ta validatiooon

Te voilà validé sur le forum. Félicitations ! Maintenant, tu as deux trois petites choses à faire, mais rien d'embêtant, je te rassure. Déjà, tu peux aller compléter ton profil, parce que c'est quand même bien plus pratique quand il est rempli. Ensuite, venir sur ce sujet pour te recenser, puis aller faire ta fiche de liens, pour te faire plein d'amis et rendre ton séjour plus beau encore. Et puis si jamais, venir te pointer dans la recherche de rps, pour commencer à nous montrer ta plus superbe plume. Bon séjour ici !

_________________

du satin, dans tes mains

Viens-tu troubler, avec ta puissante grimace,
La fête de la Vie ? ou quelque vieux désir,
Éperonnant encor ta vivante carcasse,
Te pousse-t-il, crédule, au sabbat du Plaisir ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://onceuponawar.forumactif.org
avatar


PARCHEMINS : 28
Age : 25
MessageSujet: Re: Live Your Life Just the Way You Like It | Edwin Telemnar   Dim 22 Mai - 23:24

Vraiment, Satine, je tenais à te remercier de tes quelques mots. Cela me touche beaucoup de lire ce genre de commentaires. ~
Pour le Rp, c'est vraiment avec plaisir que j'accepte. Je te laisserai débuter, vu que tu sembles avoir une masse d'idées. Je te suis !

Encore merci, autant pour le commentaire, que pour la validation. C'est agréable à lire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

FONDATRICE. « bye bye, black bird. »


En savoir plus ?
▽ RELATIONS.:
PARCHEMINS : 414
MessageSujet: Re: Live Your Life Just the Way You Like It | Edwin Telemnar   Dim 22 Mai - 23:26

C'est sincère
Très bien, je commence demain alors, prépare toi à avoir des comptes à rendre

_________________

du satin, dans tes mains

Viens-tu troubler, avec ta puissante grimace,
La fête de la Vie ? ou quelque vieux désir,
Éperonnant encor ta vivante carcasse,
Te pousse-t-il, crédule, au sabbat du Plaisir ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://onceuponawar.forumactif.org

◭ Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Live Your Life Just the Way You Like It | Edwin Telemnar   

Revenir en haut Aller en bas
 

Live Your Life Just the Way You Like It | Edwin Telemnar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: ↘ la forge aux personnages. :: ↘ après vous !-