AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
on les recherche activement.


Partagez | 
 

 le bonheur rend aveugle ♣ briséïs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


PARCHEMINS : 27
Age : 21
MessageSujet: le bonheur rend aveugle ♣ briséïs   Mer 25 Mai - 16:26

↘ briséïs thor.


« I know your very far away but,
come back to me, my sun and stars. »

◭ identity card.

nom, prénoms : Elle s'était toujours demandé pourquoi le nom de son mari était Thor. Cousin de la reine Irèn qui ne portait le doux patronyme d'Heledir que grâce à son mariage avec le défunt roi, il était assez étonnant qu'il porte ce patronyme, bien trop proche du nom connu des Thorons, eux-mêmes soupçonnés d'avoir arraché la vie à leur régent. Briséïs avait adopté le nom de son mari de manière humble et enthousiaste, heureuse de représenter son mari, heureuse de léguer ce nom à leurs futurs enfants, à leur descendance. Quant au prénom Briséïs,  il lui venait de sa tante, décédée avant même d'avoir eu l'occasion d'avoir des enfants. Très superstitieuse, la jeune femme en avait longtemps voulu à ses parents de lui léguer tel héritage. âge, lieu de naissance : Briséïs s'approche dangereusement de la trentaine à son grand désarroi, et son ventre ne s'arrondit pas encore ; quoi qu'un instant, l'autre jour, son ventre accrocha son regard. Un retard dans ses sangs lui laissait espérer que malgré son âge, elle abritait un petit être en son sein. Née à Heledir et pour toujours dévouée à Heledir, la jeune femme a vu un peu de pays grâce à son spectacle itinérant, mais elle a passé énormément de temps à la cour, surtout grâce à son ancien statut de maîtresse du roi. groupe : La jeune mariée fait partie du groupe Heledir. Elle comprend cette hargne, cette rage, cette dévotion à la déesse Astalith, pourtant elle ne la partage pas de manière aussi véhémente. Elle veut réparation pour la mort de son roi, qui en plus de partager sa couche, avait une grande place dans son cœur : mais pas au prix d'une guerre. La jeune femme préfère vouer son admiration pour la déesse Amedë, douce et pacifiste, même si ce n'est pas forcément du goût de tout le monde. Bris est certes naïves, mais pas bête non plus : le masque des mascarades politiques sait très bien se mettre en place lorsqu'il le faut, et si prier Astalith est nécessaire à sa bonne entente avec le monde de la noblesse, alors soit, elle priera. métier : Briséïs n'a pas eu l'habitude de vraiment travailler, comme toutes les nobles bien entendu. Après avoir perdu sa place de maîtresse à la cour du Roi (puisque celui-ci préférait les bras de la mort), la jeune femme décida de prendre sa vie en main, de ne pas tomber dans le désespoir, et de se tourner vers quelque chose de bien plus mystique et intrigant : la magie. Elle trouva une place dans un spectacle itinérant, où elle fit la rencontre de Barthélémy. Elle remercie presque tous les jours le ciel de lui avoir offert cette deuxième chance. Aujourd'hui, elle est dame à la cour. Depuis  la réinsertion de Barthélémy à la cour grâce à Irèn, Briséïs essaye de trouver un nouveau travail - faire un petit quelque chose pour se rendre utile. Elle aimerait devenir enseignante, ou alors couturière. Elle n'en a pas encore parlé avec son époux : en effet, si sa future maternité se révèle exacte, la jeune femme ne veut pas passer toute son énergie dans une nouvelle profession.  état civil : Mariée au plus bel homme sur terre, aimés, liés, corps et âme, pour toujours et à jamais. A la manière d'un conte de fée, presque.

Briséïs adore les animaux. On ne sait pas vraiment pourquoi puisqu'elle ne les a jamais vraiment côtoyé. Pourtant elle a une passion pour eux, rêvant d'avoir un véritable zoo chez elle. Son mari a fait d'elle la femme la plus heureuse du monde en lui offrant une magnifique licorne pour leur mariage. Même si son destrier reste bien souvent aux écuries et est soignée par les palefreniers, la jeune femme se glisse souvent en douce là-bas pour s'en occuper personnellement. Ca ne se fait pas, et alors ? On lui prête souvent la naïveté comme trait de caractère, pourtant elle sait ce qu'elle veut, et sait se battre pour ça. C'est d'ailleurs pour cela qu'elle s'est fait désirer auprès de son époux, alors que le pauvre s'efforçait de lui faire la cour la plus mythique qui soit. Aujourd'hui lorsqu'elle regarde en arrière, Bris sait qu'elle a épousé l'homme le plus parfait. Douce, tendre et amicale, ses parents avaient pris l'habitude de l'appeler « petit chat » car elle avait toujours l'habitude de les regarder avec de grands yeux lorsqu'elle n'était pas d'accord, et de ronronner dès qu'on lui attribuait une caresse. En manque d'attention, susceptible et jalouse, la jeune femme garde énormément de choses pour elle, et parfois des sentiments plus noirs qu'elle ne le voudrait - on la décrit souvent comme quelqu'un de très secret, de mystérieux aussi, et elle s'est souvent servie de cette aura pour faire croire en sa (fausse) magie, mais elle ne désespère pas de trouver un véritable adepte de la magie. Manipulable, naïve et crédule, elle n'a pourtant pas troqué son âme d'enfant pour celle d'un adulte, et elle pousse toujours le côté de protecteur des autres à leur paroxysme - ou bien au contraire, leur côté manipulateur. Elle sait que ce ne sont pas des traits de caractère très utiles à la cour, mais elle aime cette honnêteté et cette droiture dont elle fait preuve, et pour rien au monde elle ne le troquerait pour un comportement perfide ou désagréable. Toujours prête à aider, généreuse, le cœur sur la main et fortunée, on l'a souvent délestée de quelques pièces, de quelques heures de temps, de quelques compliments de trop.

◭ say my name.

ton pseudo : peluuches. comment as-tu trouvé CWM ? : Sincèrement je ne sais plus, je pense que je l'ai vu passer sur un site de référencement et puis je l'ai laissé ouvert depuis l'ouverture jusqu'à aujourd'hui avant de finalement franchir le pas. et t'en penses quoi ? : Il est tellement beau sa mère.   Je n'aurais qu'une petite réclamation, c'est qu'on a pas "sélectionner tout" quand on veut copier coller quelque chose entre code. Sinon c'est parfait.  

Je ne tiens généralement pas souvent sur les médiévaux mais celui-ci me plait vraiment beaucoup. Il a un contexte et un graphisme travaillés mais ça reste assez simple pour ne pas me perdre dans un gouffre d'incompréhension. J'ai hâte de RP avec vous.  

BRIDGET REGANbriséïs thor


Dernière édition par Briséïs Thor le Mer 25 Mai - 23:14, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


PARCHEMINS : 27
Age : 21
MessageSujet: Re: le bonheur rend aveugle ♣ briséïs   Mer 25 Mai - 16:26

↘ somewhere, in a far far land.


« I know your very far away but,
come back to me, my sun and stars. »


Briséïs est née d’une union pas forcément heureuse, pas forcément amoureuse, mais d’une union quand même. Unique fruit de corps qui s’entrechoquent, elle fut choyée, aimée, dorlotée toute son enfance, en tant que petit joyau de la famille. Il était plutôt connu que dans leur famille, les femmes avaient un certain mal à enfanter. Sa tante, d’abord, Briséïs, avait trouvé la mort en même temps que son enfant grandissait dans son ventre. Sa mère, ensuite, qui avait survécu à de nombreuses fausses couches, survivant plus ou moins bien aux enfants qu’elle enterrait à mesure qu’elle accumulait les années. Et puis ce petit bijou flamboyant, Briséïs l’enfant du feu, dynamique et si pleine d’énergie qu’il fallait de nombreux précepteurs pour canaliser cet entrain. Lumière verte au milieu d’un lac sans espoir, un phare qui pointerait vers les cieux pour toujours, éclairant dans une nuit lugubre une femme qui avait, à défaut d’avoir celui de son mari, bénéficié de l’amour de son enfant.


Enfant presque trop gâtée par la vie, par sa famille, elle n’est en rien devenue comme la plupart des autres nobles – quoi qu’elle faisait plutôt partie de la basse noblesse, si cela se disait. Elle n’avait pas développé de côté manipulateur, destructeur, désagréable, menteur. Eduquée comme une petite princesse, la jeune fille apprit à dire merci et amen, comme le devait une femme de la cour. C’est à cette époque qu’elle développa son goût prononcé pour la lecture, la couture, et la musique.


Intarissable, tellement bavarde qu’ont dû la confier aux pattes expertes des pies rieuses : effectivement, il s’agissait des seules capables de l’écouter déblatérer pendant des heures sans jamais se plaindre. Elle inventait des histoires empruntes de magie, de sorciers, d’animaux fantastiques, de dragons aussi, beaucoup, de licornes, de griffons parfois. Elle inventait des musiques, chipant parfois les instruments de musique que son père gardait sous clef dans une salle poussiéreuse au dernier étage de leur maison. Briséïs était une enfant plutôt sage, sauf pour sa manie de se faufiler partout, d’emprunter pour un temps inconnu, de rester cachée sous les tables quand on lui disait d’aller dormir. Incapable de s’arrêter de tourbillonner un instant, l’enfant ingénu filait plus de collants que les couturières ne pouvaient coudre, à tel point qu’on arrêta bientôt de lui en mettre, comptant sur la météo plus que clémente d’Heledir pour s’occuper de sa santé.


Sa santé.
Elle fut très préoccupante lors des jeunes années de la gamine. Plutôt faible, elle hurlait jusqu’à s’endormir d’épuisement à cause de douleurs abdominales complètement inconnues. Elle passa de longs étés en convalescence, lisant, puisant de l’énergie dans tout ce qui passait sous ses yeux, écoutant des sérénades, passant de longs moments avec les enfants des domestiques. Fille unique, elle trouvait parfois le temps longs lorsqu’on lui interdisait d’aller dehors.
Et puis, lorsque l’adolescence toqua à sa porte, tous ces maux disparurent, en même temps que l’arrivée de ses premiers sangs, qui firent la fierté de sa mère. On parla alors de mariage, de bon parti, de dot, et de tout ce qui n’intéressait pas Briséïs. Très modelable, bonne patte et toujours prête à rendre service à ses parents, son futur amoureux restait quand même en otage selon elle.


La mère de Briséïs, consciente qu’elle perdrait son unique fille si elle décidait d’aller contre sa volonté, accepta de l’envoyer, lorsqu’elle était encore toute jeune fille, à la cour du roi. Là-bas, elle y trouverait certainement un bon parti et elle ne se rebifferait pas à l’idée de donner sa main. Arrivée à la cour, Briséïs ne se maria point, mais réussit à trouver une position au moins aussi intéressante – pas pour ses parents, mais pour sa sécurité à elle, oui. Elle tomba dans les bonnes grâces du roi, qui décida d’en faire sa maîtresse. N’ayant jamais goûté aux choses de l’amour, heureuse de sentir tous ces papillons grandir en son sein, la jeune noble n’hésite pas une seconde, et décida d’accepter cette offre – quoi qu’était-il seulement possible de la refuser ? Elle ne savait pas si elle avait vraiment le choix, mais au moins était-elle plus que consentante à l’idée de partager la couche du roi.
Et puis vint le coup fatal, qui ôta non seulement cette position avantageuse à Bris, mais aussi la vie à son roi. Un coup des Thorons, bien certainement, en tout cas c’est ce qu’Irèn, la reine régente, hurla à tout va lorsque l’affaire fut découverte. Envolé, ce bon roi Heledir. Envolé, accompagné d’une fragile paix instaurée au coût de tous. Envolée, la protection de Briséïs. Et même si elle n’avait jamais été fécondée par ce bon roi, même si elle restait une noble, il était vrai que peu de nouvelles opportunités s’offrirent à elle suite à ce décès prématuré.


Elle aurait pu s’effondrer dans le désespoir, dans l’alcoolisme, dans toutes ces turpitudes bien connues par les nobles de la cour – ou alors juste se mettre à prier jour et nuit la déesse de la vengeance comme Irèn, et vouloir tuer tous les Thorons qui passeraient sous ses yeux, mais étrangement, la jeune femme et son optimisme indéfectible ne s’y risquèrent pas. Elle prit son courage à deux mains, refusa de retourner vivre chez ses parents comme une vieille fille à qui l’on chercherait un dernier parti qui accepterait de la besogner, et décida qu’il était grand temps pour elle d’utiliser tout ce qu’elle avait appris lorsqu’elle était jeune. La musique, le théâtre, l’art du spectacle, et la magie, oh, la magie. Elle était tombée là-dedans aussi, très jeune, croyant aux miracles, aux différents dons ou aux différents pouvoirs que certaines personnes se découvraient.
Elle aurait voulu faire partie de ce groupe de personnes assez incroyables, miraculées presque, malheureusement pour elle, elle ne put jamais réaliser de prouesses. Elle rejoignit un spectacle itinérant, ravie de découvrir enfin un peu ce monde où elle vivotait depuis si longtemps. Elle s’abreuva de tous les paysages qu’elle découvrit, des rencontres aussi qu’elle fit durant tout ce voyage, et puis de cette finalité aussi. Car elle avait l’impression que depuis toujours, ses pas ne la guideraient que vers un point, un endroit précis de l’espace-temps où tout aurait un sens, et où toutes ces souffrances trouveraient leur explication, ainsi que leur point culminant.
La découverte de l’être aimé.


Briséïs avait toujours vécu dans une sorte de conte de fées, pensant que son prince charmant arriverait sur un cheval d’or et d’argent, glisserait de sa croupe, lui tendrait une bague si magnifique qu’elle serait obligée de fermer les yeux pour ne pas être aveuglée par sa beauté, et qu’il l’emmènerait au loin, quittant toutes ces contrées qu’elle semblait connaître par cœur et tous ses anciens malheurs. Bris avait ce côté nostalgique, un peu rêveur, mystérieux parfois qu’on lui disait, qui ne laissait pas les hommes insensibles, mais qui la rendait pour la plupart inaccessible.
Lorsqu’elle rencontra Barthélémy pour la première fois, il n’y eut pas d’étincelle, pas de déclic, pas d’épiphanie comme elle l’aurait pensé. Il était beau, charmant, riche, certes, mais… rien de plus. Elle en avait rencontré, des hommes beaux, charmants et riches. Et aucun n’avaient réussi à toucher son cœur, ensevelis sous une tonne de rochers, de murailles, de passerelles et de portails bien gardés. Mais Barthélémy était plus farouche et plus déterminé qu’elle ne l’aurait d’abord parié. Tous les jours, il lui fit la cour. Dans son duché d’Heledir, il ne la quitta jamais des yeux. Il posait sur elle ce regard, si doux et si apaisant qu’elle avait l’impression qu’il s’agissait d’une caresse.
Elle refusa ses avances, de nombreuses fois. Elle voulait presque finir sa vie seule, peut-être qu’elle serait la risée de tous, mais tant pis. Et puis Bris se rappela qu’elle était une princesse, princesse de son propre royaume, de son propre cœur, de sa propre histoire, et qu’il manquait cruellement de prince dans cette aventure. Elle ouvrit le portail, avec un sourire timide, lui disant qu’ils pouvaient essayer oui, qu’elle était prête à lui donner sa chance. Qu’elle était prête à goûter à l’amour.


Et tout se passa pour le mieux. Si bien qu’ils se marièrent, emménagèrent ensemble, partagèrent couche, repas, envies, désirs, discussions nocturnes. Bris eut un avant-goût du bonheur, de la légèreté, de la félicité et du bonheur, de combien il était simple de vivre ensemble, de fermer les yeux et de profiter de la vie. Ils vécurent de longs mois ainsi, dormant peu et riant beaucoup, jusqu’à ce qu’Irèn rappelle son cousin à la cour. Cela fit d’abord plaisir à Briséïs. Elle pourrait revoir ses parents, qui habitaient légèrement en retrait de la capitale, et revoir ses anciennes amies, bien sûr.
Mais elle avait vécu une autre idylle dans ce château, elle y avait connu d’autres temps. Aujourd’hui elle avait changé, mais elle se sentait encore comme une petite fille, se tordant les mains en cherchant à être la plus parfaite possible.
En se conduisant ainsi, elle oubliait une règle ancestrale, que sa naïveté ne cessait de repousser dans un coin de son cerveau, sans vraiment y accorder de l’importance.
La cour était la mère de la déloyauté, et le pouvoir le père de la trahison.
 


Dernière édition par Briséïs Thor le Mer 25 Mai - 23:59, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


PARCHEMINS : 80
MessageSujet: Re: le bonheur rend aveugle ♣ briséïs   Mer 25 Mai - 16:35

Bienvenue ici-bas !

Charmant choix de PV, hâte de voir ce que tu vas en faire. Bon courage. o/

_________________
B E A S T     I N      H U M A N     S K I N
Tell me—after my head is chopped off, will I still be able to hear, at least for a moment, the sound of my own blood gushing from the stump of my neck? That would be the pleasure to end all pleasures.© okinnel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Drakon


En savoir plus ?
▽ RELATIONS.:
PARCHEMINS : 84
Age : 21
Localisation : ici et ailleurs. je voyage autant que je le peux. rien ni personne ne m'arrête. je vais là où l'envie m'emporte.
MessageSujet: Re: le bonheur rend aveugle ♣ briséïs   Mer 25 Mai - 19:00

Haaaaonn, ce PV !
Bienvenue officiellement et bonne
chance pour la finition de ta fiche
de présentation <3

_________________



the brave men did not kill dragons.
the brave men rode them.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

FONDATRICE. « bye bye, black bird. »


En savoir plus ?
▽ RELATIONS.:
PARCHEMINS : 414
MessageSujet: Re: le bonheur rend aveugle ♣ briséïs   Mer 25 Mai - 22:05

J'ai aussi hâte de rp avec toi, très belle femme.
Bienvenue ici, et déjà, +1 pour le choix de pv que j'ai adoré écrire et que je trouve super intéressant (à mon avis, il y a largement de quoi faire, avec elle ).
Courage pour finir ta fiche, et si t'as encore des questions, je suis toujours là pour y répondre

_________________

du satin, dans tes mains

Viens-tu troubler, avec ta puissante grimace,
La fête de la Vie ? ou quelque vieux désir,
Éperonnant encor ta vivante carcasse,
Te pousse-t-il, crédule, au sabbat du Plaisir ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://onceuponawar.forumactif.org
avatar


PARCHEMINS : 27
Age : 21
MessageSujet: Re: le bonheur rend aveugle ♣ briséïs   Jeu 26 Mai - 0:00

Merci les petits bisounours j'ai envie de vous croquer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


PARCHEMINS : 80
MessageSujet: Re: le bonheur rend aveugle ♣ briséïs   Jeu 26 Mai - 0:07

Award de la fiche la plus rapidement réalisée, respect. ->


_________________
B E A S T     I N      H U M A N     S K I N
Tell me—after my head is chopped off, will I still be able to hear, at least for a moment, the sound of my own blood gushing from the stump of my neck? That would be the pleasure to end all pleasures.© okinnel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



En savoir plus ?
▽ RELATIONS.:
PARCHEMINS : 338
MessageSujet: Re: le bonheur rend aveugle ♣ briséïs   Jeu 26 Mai - 12:20

bienvenue cher habitant.

en plus de poser des questions hyper intéressantes, tu as une jolie plume ! non, sans rire, une vraie lecture du soir ! bref, du coup, je m'en viens te valider (désolée, je ne l'ai pas fait plus tôt j'étais au travail #tristesse) et je pense que l'on va pouvoir se trouver un beau petit lien, étant donné que veve connait ton mari et irèn et toussa quoi ♥ bref réserve moi une place dans tes relations

bravo pour ta validatiooon

Te voilà validé sur le forum. Félicitations ! Maintenant, tu as deux trois petites choses à faire, mais rien d'embêtant, je te rassure. Déjà, tu peux aller compléter ton profil, parce que c'est quand même bien plus pratique quand il est rempli. Ensuite, venir sur ce sujet pour te recenser, puis aller faire ta fiche de liens, pour te faire plein d'amis et rendre ton séjour plus beau encore. Et puis si jamais, venir te pointer dans la recherche de rps, pour commencer à nous montrer ta plus superbe plume. Bon séjour ici !

_________________
j'ai une
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


PARCHEMINS : 27
Age : 21
MessageSujet: Re: le bonheur rend aveugle ♣ briséïs   Jeu 26 Mai - 12:24

Merci Amras haha (je n'aime vraiment pas la compétition).

Merci beau Venom pour les compliments et la validation, bien sûr pour le lien, et bon courage pour ton boulot !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

◭ Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: le bonheur rend aveugle ♣ briséïs   

Revenir en haut Aller en bas
 

le bonheur rend aveugle ♣ briséïs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le Père Noël rend visite à l'Annuaire...
» T'as pas une gueule de porte-bonheur.
» Rêve ta vie en couleur, c'est le secret du bonheur...
» Entrer dans la maison du Bonheur !
» Lien semble brisé ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: ↘ la forge aux personnages. :: ↘ après vous !-