AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
on les recherche activement.


Partagez | 
 

 tara ▬ river flows in you.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


PARCHEMINS : 90
MessageSujet: tara ▬ river flows in you.    Dim 22 Mai - 22:24

↘ tara galadhorn.


« I know your very far away but,
come back to me, my sun and stars. »

◭ identity card.

nom, prénoms : Tara. Doux prénom à connaissance exotique, Tara te correspond parfaitement, vive et alerte qui n’hésite jamais à donner ton avis, aussi affûté et dérangeant soit-il. Dans la grande lignée des Galadhorn, nombreuses ont été les femmes à porter ce prénom. Avec fierté, avec grandeur et avec puissance. Toi la douce, tu ne veux point faire honte à tes aïeules qui ont réussi, malgré leur condition de beau sexe, à se faire une place particulière dans la hiérarchie de cette maison. Galadhorn. À vrai dire, la profondeur de ton regard saphir, et la douce pâleur de ta peau ne trompent personne. Il s’agit bien d’une Galadhorn quand on te regarde. Néanmoins, ta filiation avec cette grande famille de Elenath ne se distingue pas par la force qui émane de tes traits. Dans ton caractère affûté et directif, il est facile de discerner l’étoffe de cette maison qui ne s'est  jamais reposé sur ses lauriers, ou du moins ses acquis. Ta vivacité d’esprit, ta soif de savoir et ton tempérament ferme font de toi une digne descendante de cette famille suzeraine. Tu tires de cette affiliation une grande fierté. Tu ne renieras jamais d’où tu viens. Galadhorn est ta patrie, ton sang et tu tiens à prouver ta grandeur à travers tout le pays. Une vraie princesse, incapable de se satisfaire du grand rayonnement dont dispose sa famille. Tu veux toujours plus, et met toute ton énergie pour cela. âge, lieu de naissance : Tu es une rose, une rose qui a fleuri il y a dix-huit ans déjà à l'époque des grandes sécheresses. La nuit était tombée depuis longtemps, l'été planait silencieusement à Taewyn. Pourtant, le silence fut subitement brisé par les cris d'une femme au sein du palais qui jonchaient la ville. La Reine Emma donnait la vie. Les premiers cris du poupon se firent entendre, et toutes les horloges de la demeure s'arrêtèrent, figeant à jamais l'instant. Du moins, c'est ce que ta mère se plaît à te raconter. groupe : Les Galadhorn. A-t-on besoin de l'écrire ? Ton patronyme est éloquent. Les actes ne sont pas convaincants, mais ta loyauté n'est plus à prouver. métier : Princesse et héritière du trône. Tu es née avec le sang bleu, tu viens de la noblesse ; et il serait assez difficile de voir dans tes traits affinés, la douceur et l’éclat de tes cheveux, les traits d’une gourgandine de Gavalden. Cependant, tu ne passes pas des heures à te coiffer contrairement à certaines de tes comparses. Non, toi, tu préfères être sur le terrain auprès du peuple. Les échanges, les débats et les poignes de fer te galvanisent. Être une femme n’est pour toi pas un signe de faiblesse. Par ta beauté, tu veux bien être vue comme une orfèvrerie mais en aucun cas, tu ne veux faire tapisserie. D'ailleurs, que le chevalier scorpion te forme secrètement pour apprendre à te défendre te ravit ! Ce revirement te donne grande satisfaction, t'apportant une certaine influence dans le monde, et un certain pouvoir que les autres n'ont pas. Tu n'as pas encore conscience de ta puissance,  mais lui l'a vu. état civil : Célibataire. Malgré ton âge 'avancé', tu n’es toujours pas mariée et encore moins engagée dans des fiançailles. Pourtant, cela ne saurait tarder selon toi. Tu vois bien comment se comporte ton père en présence de la gente masculine issu de la haute société. Il commence à chercher ton compagnon de toute une vie.  guilde : Le régiment du lion. C'est un secret, ton secret. Tu ne veux pas être une potiche ou jouer la princesse en détresse. Alors, le chevalier t'apprend, t'as prit sous son aile.

Combien de fois, encore à peine assurée sur tes petites jambes, tu dévalas les marches de la grande cité de Taewyn. Située en hauteur, les risques de chute ne manquaient pas pour une petite fille habillée d’une robe à la soie rouge et raffinée. Pourtant, malgré les nombreuses blessures, tu n’avais jamais réfléchi deux fois avant de recommencer à t’aventurer sur les terres que tu considérais comme tiennes. Audacieuse ? N’est-ce dont pas un trait inhérent à tout bon Madness ? Puis en grandissant, l’intrépide petite que tu étais n’eut de cesse d’explorer cette contrée qu’elle chérissait tant. Les ports que tu avais maintes fois visitées, le cerf cuit au bois dont tu t'étais tant de fois délectée ... Tout cela fait partie de toi.  C'est indéniable, tel un corbeau, tu aimes ce qui brille. L'or, les pierre précieuses et autres magnifiques trésors. Le regard du Roi se fronce, et son nez se pince. Tu sais que c'est vilain, mais tu n'y peux rien. L'Avarice, mauvaise fée d'un conte portant ton nom, t'a enlacée pour ne plus jamais te lâcher. Si tes yeux s'emplissent d'étoiles à la vue d'or et de pierres somptueuses, tu n'en restes pas moins, une princesse singulière. Tu t'es toujours refusé de n'être qu'une simple tapisserie, qu'un ornement silencieux et inutile. Tu as beau être une femme, tout autant qu'un homme, tu veux marquer l'histoire. Tu peux être tout autant féminine que garçon manqué. Si les belles robes te séduisent, faire du cheval ou escalader les arbres te ravissent. Tu as toujours aimé les sensations fortes, au point que certains te disent un peu folle. L'aventure t'excite, l’adrénaline est une sensation extatique. Tu aimes sentir ton cœur battre contre ta poitrine, c'est peut-être dans ce genre de moment que tu sens vraiment vivre. Depuis toujours, tu as la sensation de ne pas être à la hauteur face à ce regard accusateur ; celui de ton paternel, le Roi. Tu veux, tu rêves même de voir un jour son visage s’attendrir ne serait-ce qu'un peu. Tu as le désir de le rendre fier. Néanmoins, la déception règne. Sensation désagréable, tu t'es toujours sentie dans l'obligation de lui prouver quelque chose. Mais quoi ? Tu as rejoint la guilde pour devenir plus forte, pour avoir d'autres cartes à jouer. Tête couronnée, tu n'as pourtant qu'un corps à donner. Faiblesse que toutes les femmes partage, or, tu te le refuses. Tu as toujours voulu plus ; beaucoup plus. Plus de richesse, plus de pouvoir, plus d'influence. Présomptueuse, un poil orgueilleuse, tu sais qu'aucun Galadhorn n'a suivi ce chemin.

◭ say my name.

ton pseudo : cheyenne. comment as-tu trouvé CWM ? : grâce à bazzart. et t'en penses quoi ? : il est vraiment beau, et le contexte est vraiment bien fournit, offrant ainsi d'énormes possibilités. des trucs à ajouter/améliorer ? : je n'en vois pas pour le moment.

ADELAIDE KANEtara galadhorn


↘ somewhere, in a far far land.


« I know your very far away but,
come back to me, my sun and stars. »

Journal.
On se demande parfois ce qu’aurait été notre vie si on était né ailleurs, dans une autre famille, à une autre époque. On se demande si on aurait été plus heureux, plus aimé, plus riche, plus beau, quel genre de personnes on aurait côtoyé. On se surprend à rêver d’une existence à laquelle on n’aura jamais droit, une existence illusoire qu’on pense vivre la nuit dans nos songes les plus secrets. On ferme les yeux, on se coupe du monde dans lequel on grandit pour devenir souverain d’un univers fantastique dans lequel on contrôle tout, dans lequel on a tout ce que l’on veut. Alors le matin on ouvre de nouveau les yeux et on se pleure notre existence et tous les défauts qu’elle comporte, on se demande pourquoi nous et pas un autre. Pourquoi on vit ? Pourquoi on meurt ? Pourquoi on rit ? Pourquoi on pleure ? Pourquoi, pourquoi, tant de questions auxquelles on ne répond jamais. Toute sa vie on part en quête d’un grand Peut-être, toute sa vie on se demande si on a fait les bons choix, si malgré le fait qu’on n’ait pu choisir l’endroit où l’on naît et l’on grandit, on peut quand même choisir où l'on va. L'humanité souffre et je souffre avec elle. J’ai souvent rêvé que je tombais, si on peut appeler ça un rêve. Ce genre de rêve où tu ne peux te raccrocher à rien, où tout ce que tu penses attraper se brise entre tes doigts. Tu te sens chavirer. Tu as beau hurler, rien n’y fait. Tu as peur, tu te sens minuscule et misérable. J’ai souvent fait ce rêve, aux moments difficiles de mon existence. J'ai pourtant des gens autour de moi qui me tendent la main quand je tombe et qui m'aident à me relever. Alors pourquoi je continue de tomber ? 
Tara Galadhorn.
 

ARAMIS • « Je peux aller visiter ? », une envie féroce de découverte t'agrippa les tripes, mordant à pleine dent dans ton adolescence. Tu papillonnais des yeux, jouant de tes charmes naturels sur ta tendre nourrisse. Tu t'éclipsas dans un rire et dans un baiser sur sa joue qui la fit rougir ; tu dévalas, avalas les distances, assassinant les craintes de cette femme, brûlant la vie, les envies. Tu sacrifiais les interdits, te perdant dans le dédale des pièces, pressant le pas. Tout était nouveau, sans doute un peu trop beau. Doucement, tu poussas une autre porte. La bibliothèque s’étalait, grandiose et pressée de savoir alléchant, intéressant. Et puis dans sa toute petitesse, elle creva l’atmosphère. Rousse, ses cheveux dévalaient en mèches assassines, divines. Elle lisait un livre plus grand qu'elle, plus lourd qu'elle. Elle était un peu jolie. Timide, tu l'imaginais princesse de ces royaumes stupides, volatiles. Elle était reine d'un monde secret, qui ne demandais qu'à être sauvé. Un sourire et tu courus vers 'Roussette'. « Bonjour. Je peux m'installer ? », tu avais la voix tranquille, certain, serein. Personne ne te refusait rien, après tout. Tous se pliaient à tes moindres caprices. Tu étais capable de délice ou de prendre tous les supplices pour mener ton monde où tu le désirais. Un prince, tu étais un prince de sang, un tsar certain de ses droits, certains de ses victoires. Ou pas. Son regard te fixa, intrigué, perplexe. Les yeux bleus tétanisaient toutes peurs, toutes craintes. Comment pouvait-elle être redoutable dans ces yeux pâles ? Petite chose fragile, tu aurais pu la détruire dans un souffle insouciant. Elle ne comprenait pas. Elle ne te comprenait pas. « Alors ? », tu trépignais, impatient, vibrant d'une allégresse douce, traîtresse. Tu n'étais pas de ceux qu'on fait attendre, qu'on rend à la patience. Tu n'étais pas de ses enfants qui ne veulent pas un peu plus, toujours plus, dans un rire émerveillé, dans un frisson doux. Tu ne savais même pas qu'elle ne savait pas ce que signifie jouer, s'amuser. Déjà ignoré, déjà oublié, la princesse te délaissa. Tant pis, tu n'étais que de passage, tu n'étais que de ses mirages. Dommage. Égocentrique, tu ne supportais pas l'indifférence, l'indécence de ses prunelles bicolores. La colère s'envola, se déporta, affamée. Elle allait tout embraser. Elle allait tout voler. Monstrueuse, elle s'agita en bête curieuse, accrochant de ses griffes ton cœur d'enfant. Le poison se distilla. Fureur menace, se dessina, esquissa les rivages de tes crevasses, de tes trop nombreuses blessures. Tu soupiras, mauvais, tirant le lourd livre de ses yeux. « Les filles, c'est pas fait pour lire ... », ta langue claqua, cruauté d'enfance masquée dans une tendre innocence. Tu disais caresses pour tes maladresses. Tu soufflais brutalité pour aimer. Tu jouais mal. Tu aimes mal. Toi, tu ne tremblais pas vraiment, voleur de raison, de pulsions. Tu n'avais pas peur d'elle. Elle était un peu jolie mais pas vraiment toxique. Certain, tu avanças calme, patient devant ses yeux, ignorant la menace. La fille ne comprenait pas, ne savait pas vraiment, n'osait plus tellement. D'inepties en inepties, tu étais un autre de ses gosses prêt à tout briser, tout saccager. Un rire caressa ta gorge. Les filles, ça a toujours été stupide, étrangement docile, presque trop fragile. Un coup de vent, elles s'envolaient. Elle n'était pas vraiment d'accord, se terrant dans une bouderie ridicule. Son visage se ferma et ses yeux n'exprimèrent que le mépris. « T'es pas jolie quand tu ne souris pas. », tu te redressas, écrasant tes mains sur ses joues pour les tirer dans un sourire. « Mieux. », et doucement, tranquillement, tu lui volas un baiser, écrasant tes lèvres sur les siennes. Au fond, tu l'as eu ton bisou, ta petite vengeance pour son indifférence. Mais elle répliqua vite, très vite, trop vite. D'un geste vif, elle te gifla sans douceur et chaleur. La claque résonna, bruyante et brutale. Elle laissa une trace rouge sur ta joue d'adolescent, gravant dans ta mémoire son visage assassin.  « Tu ne sais pas taper, tu es une fille. ». Touché. Coulé.  Et lentement, sous tes pas, ton rire lézarda les murs, faisant chuter la tristesse, le manque de ta mère et la peur vertigineuse, douloureuse. Puis, tu pris la fuite, rejoignant cette nourrisse si sensible à ton charme. Tu fuis, tu fuis, tu vis. « Dis, c'est qui leur fille ? ». Un regard. « C'est votre cousine, la Princesse Tara. ».

Journal.
C’est l’histoire de deux bêtes. Deux bêtes dans une cage trop étroite dont elles rêvaient de scier les barreaux. Chacune dans son coin, les créatures se mirent à aiguiser leurs canines pour pouvoir échapper à ce clapier. Toutes deux y parvinrent. Mais il semblait à la première bête, Ambition, que cette liberté tant attendue était bien trop précieuse pour la partager avec la seconde bête, Honneur. Alors, au lieu de marcher côte à côte, la première bête proposa à la seconde de marcher derrière elle, dans son ombre. Ainsi prostrée, elle serait assurée de pouvoir cheminer en ce monde sous la protection de la première bête. Le problème, voyez-vous, c’est que ces deux créatures étaient de la même race, pire encore, les mêmes motivations coulaient dans leurs veines. Unies par des idéaux identiques, mais aussi par cette soif féroce de liberté, il semblait impossible que l’une ou l’autre cède sa place. C’est donc naturellement que la seconde bête refusa le marché. « Nous pouvons très bien avancer ensemble, proposa-t-elle, le monde est assez vaste pour nous deux. » Mais la première créature ne l’entendait pas ainsi. Dévorée par un égocentrisme absolu, elle profita de cette utopique clémence pour planter ses canines – si affûtées – dans la gorge de la seconde bête. Ainsi à terre, gisant dans son impair, la créature vit son alter-égo s’éloigner dans l’horizon. Cet horizon dans lequel elle n’aurait dorénavant plus le droit de mettre les pattes. « Je reviendrai, murmura-t-elle, scellant de ce fait, une promesse sanglante, et ton monde, je le dévasterai ! » Ceci, mes chers amis, ceci fut hurlé aux quatre vents.
Tara Galadhorn.


ROI HECKTOR • Les fines broderies s'étalent sur le tapis, devant la grande cheminée. Les flammes éclairent en douceur tes joues, la chaleur se  diffuse, lente et paresseuse. Tu es bien, tu es serein. La tristesse te caresse un peu, à contre cœur, à contre sens. Tu t'effondres dans le chaos des premiers chagrins, des premiers assassins de ta vie. Tu fais voler une missive au-dessus de ta tête, te noyant dans bien des histoires pour oublier la tienne. Le feu craque et t'arme, monstre du passé et de tous les avenirs. Tu es le dévoreur de cœur, le prince des malheurs. Et puis, tout s'arrête, tu te stoppes le regard sur le feu. Tes mains se crispent sur le bureau, tes ongles éraflant brutalement la plume qui allait donner vie à une réponse. Tes yeux se glacent, tes yeux ne sont qu'un vide immense tournés vers un avenir palpable, à deux pas de toi. « Père ? », la voix de ta fille grimpe dans les aiguës, elle n'est qu'un souvenir lointain, gelé. Elle n'est qu'une brise familière qui t'effleure, qui t’agrippe au visage.  Et la plume tombe, s'écrasant à tes pieds alors que tu portes tes doigts à ta gorge, que tu sens l'air se tarifier. Ce monde n'est plus le tien, tu as perdu pied, tu n'es plus le même.  Tu as du mal à respirer.  Ton corps se secoue, s'entrechoque. La 'maladie' te piège, te vole, te dévore. Faible, trop faible, tu roules dans des supplices minables, interminables. Ton corps se percute de douleur en douleur. Tu as déjà trop lutté. Combien de temps ? Tu es un peu faible, un peu trop faible. Dame Dépression s'est invitée. La pluie coule et résonne, explosant par la fenêtre. Malade, tu es malade, faible. Bientôt, la fin résonnera. Bientôt, tu ne respiras plus. Lentement ton bras se soulève, un bras de bébé, un bras de fille. Tes larmes s'échappent, pressent tes yeux clairs. Ton héritage sonne, résonne, fardeau écrasant, étouffant. Les flammes te font face, plus belles, plus rebelles. Épuisant, un message n'a jamais été si douloureux, monstrueux. La guerre. La réalité te gifle, te griffe, mordante, puissante. Elle va te détruire, te morceler. « Père ... », son corps s'écrase contre le tien, chaud, tendre. La panique t'avale.  « Qui a t-il ? », la voix est douce, tendre. Tu vas pulvériser sa vie, la tienne aussi. Elle va tout détruire. Elle détruit déjà. « La Guerre ... », elle ne comprend pas, clignant en douceur des yeux. « … Elle arrive. ».


Dernière édition par Tara Galadhorn le Jeu 26 Mai - 20:59, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

FONDATRICE. « bye bye, black bird. »


En savoir plus ?
▽ RELATIONS.:
PARCHEMINS : 414
MessageSujet: Re: tara ▬ river flows in you.    Dim 22 Mai - 22:57

Alors entre ce choix de pv qui roxx du poney et ton écriture qui, excuse moi de te le dire, est une absolue tuerie (c'est fantastique, j'ai tout dévoré d'une traite, et j'en demande encore pluuuuus ) tu me combles de bonheur ! Bienvenue dans ton nouveau chez toi ma belle.
Par contre, je suis obligée de te prévenir que Sophie est déjà tentée par deux personnes actuellement, vous êtes donc trois, pour la compétition c'est compliqué. Arrow N'aurais-tu pas une autre jolie idée de tête ?

_________________

du satin, dans tes mains

Viens-tu troubler, avec ta puissante grimace,
La fête de la Vie ? ou quelque vieux désir,
Éperonnant encor ta vivante carcasse,
Te pousse-t-il, crédule, au sabbat du Plaisir ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://onceuponawar.forumactif.org
avatar


PARCHEMINS : 90
MessageSujet: Re: tara ▬ river flows in you.    Dim 22 Mai - 23:07

Merci pour le compliment, ça fait plaisir J'espère que la suite plaira tout autant pour faire honneur à ce personnage.
Sinon, pour l'avatar, j'ai vu Vu que je n'ai pas d'autres idées en tête (du moins qui colle avec l'âge de Tara), je vais donc tenter quand même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



En savoir plus ?
▽ RELATIONS.:
PARCHEMINS : 338
MessageSujet: Re: tara ▬ river flows in you.    Dim 22 Mai - 23:48

Owwwwh cette compétition de diiiiiiiiiiingue ! Et vous êtes toutes formidables en plus
Bienvenue par ici, j'aime beaucoup le début de ta fiche, hâte d'en voir plus ♥️
n'hésite pas si tu as la moindre question et bon courage !

_________________
j'ai une
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



En savoir plus ?
▽ RELATIONS.:
PARCHEMINS : 107
MessageSujet: Re: tara ▬ river flows in you.    Lun 23 Mai - 2:55

Satine Telemnar a écrit:
Alors entre ce choix de pv qui roxx du poney et ton écriture qui, excuse moi de te le dire, est une absolue tuerie (c'est fantastique, j'ai tout dévoré d'une traite, et j'en demande encore pluuuuus ) tu me combles de bonheur ! Bienvenue dans ton nouveau chez toi ma belle.
Par contre, je suis obligée de te prévenir que Sophie est déjà tentée par deux personnes actuellement, vous êtes donc trois, pour la compétition c'est compliqué. Arrow N'aurais-tu pas une autre jolie idée de tête ?

je plussoie tout si tu veux, je peux te proposer des avatars I love you autrement, bon courage pour la compétition

_________________
(us against the world)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



En savoir plus ?
▽ RELATIONS.:
PARCHEMINS : 51
Age : 22
MessageSujet: Re: tara ▬ river flows in you.    Lun 23 Mai - 10:03

Bienvenue miss ! Oulala que du Sophie Turner tout partout ! :P Bonne chance pour la compétition !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


PARCHEMINS : 80
MessageSujet: Re: tara ▬ river flows in you.    Lun 23 Mai - 11:59

Décidément, Sophie déchaîne les foules. C'est compréhensible; c'est une bo-t.

Bienvenue ici bas et bon courage pour ta fiche !

_________________
B E A S T     I N      H U M A N     S K I N
Tell me—after my head is chopped off, will I still be able to hear, at least for a moment, the sound of my own blood gushing from the stump of my neck? That would be the pleasure to end all pleasures.©️ okinnel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Drakon


En savoir plus ?
▽ RELATIONS.:
PARCHEMINS : 84
Age : 21
Localisation : ici et ailleurs. je voyage autant que je le peux. rien ni personne ne m'arrête. je vais là où l'envie m'emporte.
MessageSujet: Re: tara ▬ river flows in you.    Lun 23 Mai - 19:27

Je plussoie, elle est magnifique ! *^*
Mais si besoin, je peux également proposer quelques
avatars si besoin est ! <3
Bienvenue. I love you

_________________



the brave men did not kill dragons.
the brave men rode them.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


PARCHEMINS : 90
MessageSujet: Re: tara ▬ river flows in you.    Lun 23 Mai - 23:39

Venom & Louise : Oui, j'ai vu ça En même temps Sophie, c'est une incontournable sur ce genre de forum.
Merci bien pour le compliment ! Ça fait longtemps que je n'ai pas rp, j'ai prit une pause, donc je me sens un peu rouillée
Je te demanderais volontiers de l'aide si je suis dans l'obligation de changer d'avatar

Naya : Charmant prénom ! Merci

Amras et Drakon : Merci à vous aussi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



En savoir plus ?
▽ RELATIONS.:
PARCHEMINS : 338
MessageSujet: Re: tara ▬ river flows in you.    Jeu 26 Mai - 23:11

bienvenue cher habitant.

bon, eh bien, me voilà donc pour te valider, toi et cet excellent personnage ! (non sans rire une princesse dans le régiment du lion, je trouve ça juste parfait) et si je peux me permettre, ce changement d'avatar te va comme un gant ! elle est très jolie cette demoiselle ♥️ bref tu es bien évidemment validée et j'ai hâte de voir ta jolie plume prendre possession du forum !

bravo pour ta validatiooon

Te voilà validé sur le forum. Félicitations ! Maintenant, tu as deux trois petites choses à faire, mais rien d'embêtant, je te rassure. Déjà, tu peux aller compléter ton profil, parce que c'est quand même bien plus pratique quand il est rempli. Ensuite, venir sur ce sujet pour te recenser, puis aller faire ta fiche de liens, pour te faire plein d'amis et rendre ton séjour plus beau encore. Et puis si jamais, venir te pointer dans la recherche de rps, pour commencer à nous montrer ta plus superbe plume. Bon séjour ici !

_________________
j'ai une
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


PARCHEMINS : 90
MessageSujet: Re: tara ▬ river flows in you.    Ven 27 Mai - 0:42

Merci messire pour tant de compliments

_________________
there's a reason shooting stars are no longer deemed stars as soon as they kiss the earth, once you fall, you crash and burn. ✻✻ women are forged of iron. my body, it has bled and blazed and broken, and yet it beats on. i am iron. a little rusted, perhaps,
but still i endure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

◭ Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: tara ▬ river flows in you.    

Revenir en haut Aller en bas
 

tara ▬ river flows in you.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: ↘ la forge aux personnages. :: ↘ après vous !-